RAPPORT DE LA TABLE RONDE DES CHEFS COUTUMIERS, AUTORITES POLTIQUES ET ADMINISTRATIVES ET ACTEURS DE LA SOCIETE CIVILE SUR LA PAIX ET LA COHESION SOCIALE DANS LES TERRITOIRES DE RUTSHURU ET LUBERO TENUE A RUTSHURU DU 01 AU 05 FEVRIER 2022.

RAPPORT DE LA TABLE RONDE DES CHEFS COUTUMIERS, AUTORITES POLTIQUES ET ADMINISTRATIVES ET ACTEURS DE LA SOCIETE CIVILE SUR LA PAIX ET LA COHESION SOCIALE DANS LES TERRITOIRES DE RUTSHURU ET LUBERO TENUE A RUTSHURU DU 01 AU 05 FEVRIER 2022.
I. PARTIE INTRODUCTIVE
I.1 Contexte et justification
Depuis plusieurs décennies la Province du Nord Kivu a été le théâtre de tensions et violence qui, à la suite de la persistance de la faiblesse de l’autorité de l’État dans plusieurs zones ont conduit à des conflits intra et intercommunautaires mais aussi l’activisme accru des groupes armés nationaux et étrangers.
Du 24 au 28 Octobre 2020, des tensions intercommunautaires principalement entre Hutu et Nande ont été rapportées à Kiwanja et ses périphéries/Territoire de Rutshuru. Ces tensions communautaires ont abouti aux confrontations violentes entre les populations de communautés susmentionnées entraînant ainsi des tueries de civils, blessures, enlèvements, attaques ciblées, destruction des récoltes, etc.
Dans ses efforts de contribuer à la pacification de Kiwanja et ses environs, la MONUSCO-Goma FO a déployé une mission JPT d’urgence de deux jours à Kiwanja du 30 Octobre au 1er Novembre 2020. L’objectif de la mission consistait à évaluer la situation sécuritaire et la protection des civiles avec les principaux acteurs locaux et de discuter des moyens de prévenir un nouveau cycle de la violence entre civils dans la zone. Pendant la mission, les principaux problèmes/défis suivants avaient été soulignés par les acteurs locaux : (i) faiblesse de forces de sécurité, (ii) manipulation de la population civile par certains leaders communautaires et politiciens au niveaux provincial et national, (iii) la présence des groupes armés locaux et étrangers à obédience ethnique, (iv) insécurité dans/et autour du camp des déplacées de Rwassa/Nyongera, (v) perte d’intégrité et crédibilité de certaines autorités politico-administratives et services de sécurité.
Pour réduire les tensions intercommunautaires et promouvoir la cohésion sociale à Kiwanja et périphéries, les recommandations suivantes avaient été formulées par les leaders communautaires, acteurs de la société civile : (i) mettre fin à la participation des jeunes locaux dans des patrouilles et opérations nocturnes avec les forces de sécurité, (ii) organiser un dialogue social inclusif à Kiwanja/Rutshuru, (iii) planifier et mener des activités de profilage des IDPs vivant dans le camps de déplacées de Rwassa, (iv) mener une mission d’enquête conjointe (JIT) pour des enquêtes appropriées et (v) faire la rotation et/ou remplacer les forces de sécurité et de défense ainsi que les autorités politico-administratives actuellement en service à Rutshuru afin de rétablir la sécurité et la confiance entre la population locale et les autorités de l’État.
Il a été noté que les tensions interethniques sont également exacerbées dans la zone par les manipulations politiques ainsi que le conflit identitaire et stigmatisation entre les communautés Hutu et Nande. Selon les populations locales, les Nande associent les Hutus aux Rwandais et alliés aux FDLR alors que les Hutus accusent les Nande d’envahisseurs de leur territoire (Rutshuru) en provenance de Lubero et collaborateurs de Mai-Mai.

Au niveau local, les Eglises de réveil ainsi que la Synergie des Femmes de Rutshuru ont organisé quelques séances de sensibilisation de communautés sur la cohabitation pacifiques. Ces efforts ont tant soit peu contribué à abaisser les tensions communautaires dans la cité de Kiwanja et environs.
Les consultations intercommunautaires conduites à Kiwanja, (Mabungo, Buturande, Buzito), Kinyandoni, Katoro et Rutshuru Centre du 22 au 27 Février 2021 par l’autorité provinciale, l’administrateur de Rutshuru, les leaders communautaires, la Synergie des femmes de Rutshuru ont ainsi contribué à apaiser les tensions entre communautés.
Lors du forum faciliter par CRONGD sur la problématique des mouvements des populations qui visait à amener les autorités locales à s’investir dans la recherche de la paix à travers le contrôle des mouvements de la population dans ces deux territoires Rutshuru et le Sud de Lubero (Groupements Itala, Tama, Mutanda, Bukoma et Binza) et au cours du dialogue organisé à Kiwanja du 18 au 19 Mars 2021 sur le conflit d’intérêt lié à l’accès déséquilibré à la terre et aux emplois pour décrisper la crise entre les Hutu et les Nande dans le groupement de Bukoma et environ, plusieurs engagements et recommandations ont été pris par les parties prenantes. Au cours de ces différents dialogues, Forums, sensibilisations et consultations, il avait été recommandé de relancer les rencontres régulières des chefs coutumiers de Rutshuru et de Lubero, de favoriser les dialogues intra et intercommunautaires pour résoudre les conflits liés aux mouvements et installations des populations dans le Rutshuru et Sud Lubero et lié à l’accès à la terre.
Ainsi , cette activité s’inscrit dans le cadre d’amener les Chefs coutumiers de la chefferie de Bwisha, Bwito (Rutshuru), Bashali, chef de secteur de Osso Banyungu, Katoyi (Masisi), Batangi, Bamate (Lubero), les chefs des groupements de Tama, Itala, Mutanda, Bukoma, et Binza, la société civile, et leader des communautés ; les élus provinciaux des territoires de Rutshuru et de Lubero, les experts du cabinet du gouverneur militaire du Nord Kivu à évaluer les engagements pris lors de différents forums et/ou dialogues dans leurs entités, notamment à Kiwanja, Kirumba et dans le Bwito et de dialoguer sur les différents défis relevés lors de l’évaluation pour une nouvelle feuille de route.
I.2. Objectifs de la table ronde
Objectif Global : Contribuer aux efforts d’instauration de la paix par la promotion des dialogues réguliers entre les chefs coutumiers de Rutshuru et sud de Lubero autour des problématiques clés à la base des conflits communautaires,
Objectif spécifique 1 : Faciliter un pré-dialogue entre les chefs coutumiers de Sud de Lubero et de Rutshuru pour évaluer différents engagements pris lors des différents dialogues /forums organisés en territoire de Rutshuru et au Sud de Lubero.
Résultats Attendus du pré-dialogue
 Les différents engagements pris ont été évaluées par les participants au pré-dialogue,
 Les différentes problématiques clés autour desquelles les parties prenantes s’étaient engagées à trouver des solutions sont identifiées et clarifiées,
 Les capacités locales pour mettre en application les différents engagements sont identifiés et bien analysées
 Le niveau de mise en oeuvre de chaque engagement est apprécié et des mécanismes pour que d’autres engagements soient mis en oeuvre sont bien ficelés par les participants.

 Les chefs coutumiers et les leaders des communautés s’engagent à accompagner le processus des gestions des conflits
 Les 4 problématiques clés sont traitées par les notables avec un focus sur les IDPs de Rwassa/Nyongera pour la paix dans les chefferies de Bwisha, Bwito (territoire de Rutshuru) et Bamate, Batangi (Sud Lubero).
Objectif spécifique 2 : Dialoguer autour des différents défis de mise en oeuvre des engagements et recommandations des forums et dialogues antérieurs et obtenir des nouveaux engagements des tous les acteurs dans le processus de relèvement des défis et de gestion des conflits communautaires.
Résultat attendu du dialogue
 Les 4 problématiques clés sont traitées par les notables avec un focus sur les IDPs de Rwassa/Nyongera pour la paix dans les chefferies de Bwisha, Bwito (territoire de Rutshuru) et Bamate, Batangi (Sud Lubero).
 Des alternatives des solutions sur les 4 problématiques clés de la zone sont proposées par les chefs coutumiers et les leaders des communautés, ainsi que sur le retour apaisé des IDPs de Rwassa/Nyongera.
 Une feuille de route sur les solutions aux problématiques clés et sur le suivi des engagements par les chefs coutumiers est élaborée.
 Un cadre de concertation des chefs coutumiers et leaders des communautés est mis en place pour matérialiser la feuille de route
1.3. Profil des Participants à la table ronde
12 Chefs coutumiers notamment le Chef de Chefferie de Batangi, Chef de Chefferie Bamate,( sud Lubero), Chef de chefferies Bwito et Bwisha, ( Rutshuru), Chefs de Secteurs Osso-Banyungu, Chef de Secteurs Katoyi , chefs des groupements de Tama, Itala, ( Lubero) Binza, Bukoma, Mutanda ( Rutshuru) Les leaders communautaires sud de Lubero (2) leaders communautaires Nande, Hutu, Hunde (Rutshuru-Kiwanja) leader communautaire du Secteur Osso Banyungu, les élus provinciaux des territoires de Rutshuru et de Lubero, la société civile de Rutshuru et de Lubero, les organisations féminines, les partenaires et intervenant dans la transformation des conflits en territoire de Rutshuru et Sud de Lubero, les CLPD et autres structures de paix…
1.4. Approche méthodologique
 Deux réunions de coordination/préparatoires et harmonisation d’approches/méthodologie avec les partenaires concernés CA, Cabinet du gouverneur, Entraide Protestante Suisse (HEKS-EPER), Aide et Action pour la Paix (AAP) Action Solidaire pour la Paix (ASP) and Conseil Régional des ONG de développement du NK (CRONGD).
 Avant le début effectif du dialogue social inclusif, une session de pré-dialogue avec les leaders communautaires et notables des chefferies de Bwisha, Bwito (territoire de Rutshuru) et Bamate, Batangi (Sud Lubero) a été organisés au préalable à Kiwanja pendant 2 jours. Cette session a porté sur les problématiques des mouvements des populations avec un focus sur les IDPs de Rwassa/Nyongera et la gestion et accès à la terre dans les entités susmentionnées, la question identitaire et le dilemme sécuritaire.
 Les thèmes à développer dans le dialogue social incluront : (i) situation sécuritaire et activisme des groupes armés à obédience ethnique avec son impact négatif sur la cohabitation pacifique dans le territoire de Rutshuru, (ii) accès et gestion des terres dans les chefferies de Bwisha, Bwito (Rutshuru), Bamate et Batangi (Sud Lubero), (iii) processus d’identification et retour des IDPs de

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *