RAPPORT DE DIALOGUE COMMUNAUTAIRE SUR LES CONFLITS D’INTERET EN GROUPEMENT DE BOKOMA ET SES ENVIRONS TENU A KIWANJA DU 18 AU 19 MARS 2021

I. PARTIE INTRODUCTIVE
A. Contexte et Justification du dialogue
Depuis 2019, le CRONGD NK exécute la 2ème phase du projet d’identification et désamorçage des sources des conflits identitaires en Territoire de Rutshuru et Sud de Lubero avec l’appui technique et financier du partenaire HEKS- EPER.
Après une série de tensions sociales au sein de deux grandes communautés vivant dans le groupement de Bukoma notamment les Hutu et les Nande, un atelier d’analyse approfondie des conflits avait été organisé du 25 au 26 Août 2020 dans une perspective d’identifier un conflit lévier à la base des différentes tensions et qui ferait objet d’un dialogue social dans le souci de restaurer la paix et la cohésion entre les protagonistes dans cette partie du territoire de Rutshuru.
L’analyse a démontré que tous les conflits identifiés dans la zone/groupement de Bukoma tournent autour des intérêts socio- économiques, politiques et culturels que chaque groupe prétend défendre pour satisfaire à ses besoins de subsistance, le plus pertinent étant le conflit lié à l’accès à la ressource TERRE.
Ainsi donc, lors de l’atelier d’analyse des conflits, le conflit d’intérêt a été identifié comme conflit lévier dont les solutions une fois trouvées permettraient par le fait tâche d’huile d’apporter des réponses à tous les autres conflits qui divisent les communautés dans cette entité coutumière.
L’atelier d’analyse des conflits a approfondie la compréhension sur le conflit d’intérêt lié à la ressource terre en identifiant ses causes profondes, les éléments déclencheurs, les acteurs et les relations entre acteurs, leurs positions, leurs intérêts, leurs besoins, leurs attitudes, leurs comportements et les élements du contexte qui les prédisposent au conflit et les différents champs de forces autour du conflit.
Partant de la pertinence dudit conflit dans l’entité, certaines pistes de solutions ont été envisagées par les parties prenantes à l’atelier d’analyse et un plan de mise en oeuvre a été mis en place pour atténuer dans un premier temps ses effets sur la population en attendant qu’un dialogue social soit organisé pour des solutions plus durables au conflit.
Cela étant, la nécessité d’organiser un dialogue ayant été exprimée par les parties prenantes à l’analyse du conflit d’intérêt, les dates du 18 au 19 Mars 2021 ont été consacrées à cette assise dans la commune de Rutshuru/Kiwanja en réponse à cette demande.
Ce Dialogue a permis de mettre autour d’une table de discussion et échange, 45 participants, constitués essentiellement des acteurs de la société civile (Organisations des femmes, des jeunes, des peuples autochtones pygmées, des déplacés, partenaires de HEKS-EPER et confessions religieuses),des autorités politico administratives et coutumières du territoire de Rutshuru et de la chefferie de Bwisha, des responsables de la commune rurale de Rutshuru, du Chef de groupement de Bukoma, des représentants des services de sécurité (FARDC, PNC, ANR) et des leaders/représentants de communautés ethniques vivant dans le Bukoma et ses environs.
Le dialogue a été co-facilité par l’équipe des Experts du CRONGD/NK appuyé par l’Administrateur du territoire de Rutshuru jouant le rôle de modérateur pour orienter les discussions et assurer la police du débat dans la neutralité.
En fin, ce présent rapport présente un aperçu de l’objectif principale poursuivi par ce dialogue, les résultats escomptés, le profil des participants, la méthodologie mise en place, les présentations incitatives, la synthèse des résultats de l’atelier d’analyse approfondie du 25 au 26 Aout 2020, les résultats des travaux en carrefour des groupes de travail, les pistes de solution, la conclusion; le code de conduite l’Acte d’engagement et la liste de présence constituant ainsi les annexes de ce rapport.
B. Objectifs poursuivis par le dialogue
Globalement le dialogue consistait à amener les communautés ethniques Hutu et Nande ainsi que d’autres catégories socio-professionnelles du groupement de Bukoma et environs à accepter de vivre ensemble leurs différences dans la complémentarité pour la paix et le développement de leur milieu de vie.
Spécifiquement, il devrait permettre aux parties prenantes au conflit de :
– S’approprier le résultat de l’analyse approfondie du conflit d’intérêt à la base d’autres conflits en groupement de Bukoma,
– Rechercher au sein de chaque communauté, des attitudes ou comportements qui divisent les groupes, les facteurs susceptibles de ramener la confiance entre les communautés ainsi que les opportunités pour une paix durable dans la zone,
– Définir les différents mécanismes locaux pouvant permettre à tous, sans discrimination ethnique d’acceder aux moyens de subsistance à partir d’un accès équilibré à la ressource TERRE et aux opportunités socio- économiques, politiques et culturelles qu’offrent le territoire de Rutshuru, la chefferie de Bwisha, le groupement de Bukoma et la localité de Kinyandoni et amener les autorités politico-administratives et coutumières locales à prendre des engagements sincères pour la mise en oeuvre effective de ces mécanismes.
– Prendre des engagements sincères pour la cohabitation pacifique, la promotion de la dignité humaine, la tolérance, l’équité et l’amour du prochain,
– Mettre en place un mécanisme concerté pour le suivi des engagements librement pris par tous en général et par les protagonistes au conflit en particulier.
C. Résultats attendus et atteints après les assises
• Les parties prenantes au dialogue se sont approprié le résultat de l’analyse approfondie du conflit d’intérêt après enrichissement sur l’aspect des acteurs, des diviseurs, des connecteurs et opportunités pour la paix durable dans la paix,

• Les différents mécanismes d’accès aux moyens de subsistances à partir de l’accès équilibré à la terre et à d’autres opportunités offertes par les différentes entités définis de commun accord et les engagements pour la mise en oeuvre effective de ces mécanismes pris par les autorités locales,
• Un accord sur les voies de sortie de crise trouvé entre parties prenantes au conflit et des engagent sincères pris pour la cohabitation pacifique, la promotion de la dignité humaine, la tolérance, l’équité, le pardon mutuel et l’amour du prochain,
• Les conclusions du dialogue appropriées par toutes les parties prenantes au conflit et un mécanisme concerté de suivi des engagements pris mis en place,
• Un acte d’engagement signé par les parties au conflit et un rapport du dialogue produit par l’équipe pédagogique du CRONGD NK,
D. Méthodologie utilisée pour atteindre les résultats
Le dialogue a beaucoup privilégié la méthode interactive pour permettre à chaque catégorie socio- professionnelle en tant que partie prenante au conflit de participer activement à toutes les discussions.
Cette démarche méthodologique a été accompagnée par la maïeutique pour accoucher certaines vérités des interactions des toutes les parties prenantes à travers un questionnaire préétabli au préalable.
Les travaux pendant le déroulement proprement dit du dialogue ont consisté à présenter le résultat de l’analyse du conflit, donner les orientations du dialogue, organiser les travaux en carrefours homogènes et hétérogènes, et les échanges en plénière.
• En rapport avec les présentations :
Trois présentations ont permis de briser la glace pour amorcer le dialogue notamment :
– Synthèse des résultats de l’analyse des conflits en groupement Bukoma, avec un focus sur le conflit d’intérêt, ses causes, les facteurs déclencheurs, les effets, les acteurs impliqués, leurs intérêts, leurs besoins, leurs attitudes, leurs comportements…
– Résultats de la mise en oeuvre des différentes recommandations et des défis rencontrés dans la mise en oeuvre par le comité de suivi mis en place lors de l’atelier d’analyse du conflit d’intérêt,
– Les 6 étapes d’un dialogue démocratique.
La présentation des résultats de l’analyse des conflits en groupement Bukoma avait comme seul objectif de remémorer toutes les parties prenantes sur les outcomes des discussions et échanges sur le conflit d’intérêt pour qu’elles se l’approprient.
• En rapport avec les travaux en carrefour
Lors des travaux en carrefour, les participants ont été amenés à réfléchir en homogène et hétérogène pour enrichir la compréhension du problème/conflit levier.

Les travaux en carrefours étaient accompagnés des restitutions des résultats en séance plénière, ce qui a permis de relever les grands problèmes communautaires avant d’entamer une première tentative de sorties de crise liée au conflit d’intérêt.
Ainsi donc, sept problématiques ont été traitées par deux carrefours hétérogènes pour dégager les actions, les responsabilités et les échéances pour la mise en oeuvre, ce qui a abouti à la formulation de l’acte d’engagement des parties prenantes au dialogue et des recommandations à ceux-là ayant le pouvoir d’agir efficacement pour une solution durable au conflit.
Après formulation des engagements accompagnée par la clarification des certains points en plénière, l’acte d’engagement devait passer à l’adoption et à la signature par toutes les parties prenantes.
E. Profil des participants conviés au dialogue
Ce dialogue communautaire a regroupé à son sein trois catégories de parties prenantes aux conflits notamment les parties qui s’affrontent (primaire), ceux qui, soit attisent le feu ou tirent les ficelles, soit subissent les conséquences des conflits (secondaires) et ceux qui essaient de réconcilier les parties primaires (tertiaires)
Il s’agit donc :
• Des autorités politico-administratives et coutumières,
• Des leaders ethniques (Hutu et Nande),
• Des responsables des confessions religieuses,
• Des représentants des parties politiques au niveau local,
• Des représentants des services de sécurité (FARDC, PNC, ANR),
• Des représentants des associations des femmes,
• Des représentants de la jeunesse de deux communautés Hutu et Nande et du CTJ,
• Des représentants des déplacés Hutu du camp de Nyongera,
• Des délégués d’autres communautés ethniques du groupement de Bukoma,
• Du représentant de la société civile/territoire de Rutshuru,
• Des représentants de l’organisation SAP
• Des représentants des associations des agriculteurs de Bukoma,
• Des représentants des organisations qui interviennent dans la pacification partenaires ou non de HEKS EPER,
Au total, 45 acteurs sociaux ont été conviés au dialogue pour des solutions durables au conflit (voir liste de présence en Annexe)
Le choix de ces acteurs est la résultante de l’atelier d’analyse approfondie du conflit d’intérêt identifié comme levier/pertinent en groupement Bukoma.

II. DEROULEMENT DES TRAVAUX DU DIALOGUE
1. Du point de presse
A la vielle de la tenue du dialogue, le président du conseil d’administration du CRONGD/NK a fait un point de presse avec les journalistes de la radio communautaire, la vérité, RACOV-FM à Kiwanja pour annoncer à la population du groupement Bukoma et de la commune rurale de Rutshuru la tenue du dialogue communautaire sur le conflit d’intérêt en groupement Bukoma dans la grande salle du centre d’accueil des soeurs de la Sainte Chrétienne à Kiwanja. Il a précisé à l’intention des journalistes, la nécessité d’un tel dialogue en groupement Bukoma et environs, les objectifs poursuivis et les résultats attendus.
2. De la Séance solennelle d’ouverture
Après l’hymne national, deux allocutions ont été prononcées à cette occasion à savoir, le mot d’accueil du président du Conseil d’Administration du CRONGD/NK Mr Bonaventure NEGURA BARY et le discours d’ouverture de l’Administrateur du Territoire de Rutshuru, Monsieur Justin Mukanya.
Dans son mot de bienvenue, le président du CA de CRONGD/NK, a d’abord salué le présence dans la salle du bourgmestre de la commune rurale de Rutshuru/Kiwanja et par la suite souhaité la bienvenue à tous les participants en commençant par les autorités politico-administratives et coutumières de la place, les responsables des services de sécurités et les représentants des communautés qui se sont disponibilisées comme d’habitude pour le dialogue. Ce qui témoigne selon lui, de l’intérêt que tout le monde accorde à la recherche d’une solution durable au conflit d’intérêt qui divise les communautés en groupement Bukoma et environs.
Il a par ailleurs présenté les remerciements à HEKS-EPER pour son appui technique et financier lequel a permis l’organisation du dialogue.

Enfin, il a souligné la nécessité pour les populations du groupement de Bukoma, à travers les participants de saisir l’opportunité que leur offre ce dialogue communautaire pour d’une part pour trouver des solutions aux problèmes qui les opposent, et d’autres part arrêter des stratégies à mettre en oeuvre pour une cohabitation pacifique.
Quant à Mr l’Administrateur de territoire de Rutshuru, il a remercié le CRONGD/NK pour l’organisation de ce dialogue dans le but de contribuer à la cohabitation pacifique de communautés de Bukoma. Il a ensuite relevé la particularité du dialogue à ce sens qu’il est organisé dans le contexte où pour la toute première fois de l’histoire de Bukoma, le conflit d’intérêt est négocié entre les parties prenantes pour rechercher les solutions pour la cohabitation et une paix durable.
Sur ce, il a rappelé aux participants, le contexte qui a prévalu en groupement de Bukoma et ses environs avant, pendant et après la tension communautaire de Kinyandonyi avec des répercussions sur Kiwanja en Juin 2020 et a beaucoup insisté sur le fait que les participants doivent : “Dire seulement la vérité” pour que le dialogue donne des fruits.
Il a par ailleurs exhorté les participants qui représentent toutes les catégories socio-professionnelles du groupement de Bukoma et environs de saisir cette opportunité du dialogue pour définir les mécanismes communautaires de sortie de crise afin d’amener la population de vivre ensemble dans l’harmonie et dans le respect de la dignité humaine.
Après avoir exhorté les participants à plus d’assiduité et du sérieux dans les travaux, l’Administrateur du territoire de Rutshuru, a déclaré ouvert, les travaux du dialogue sur le conflit d’intérêt en groupement Bukoma et environs.

Reprenant la parole, Monsieur Negura Président du CA/CRONGD/NK a, pour fixer les opinions des participants, présenté les différentes étapes d’un dialogue démocratique dont les participants devront tenir compte lors des différentes discussions et échanges sur le conflit d’intérêt pour aboutir aux vraies solutions à la crise. Ces différentes étapes à observer lors du dialogue sont les suivantes :
a. Découvrir la vérité
b. Découvrir notre responsabilité,
c. Dire sincèrement le mal/injustice que l’autre vous fait,
d. Compréhension commune du mal/injustice réciproque
e. Apporter des propositions concrètes pour mettre fin aux mal/injustice
f. Prendre des engagements fermes et le chronogramme de les mettre en oeuvre.
3. Présentation des objectifs du Dialogue et adoption du Thème de discussion
Après les différentes allocutions et présentation des étapes du dialogue, l’espace a été accordé au Secrétaire Exécutif du CRONGD NK qui a d’abord présenté les objectifs du dialogue tels que décrits dans la partie introductive et la proposition du thème du dialogue communautaire.
D’entrer de jeux, le thème proposé pour ce dialogue était intitulé « Amener les communautés Hutu et Nande à savoir vivre ensemble leurs différences tout en participant au développement du groupement Bukoma et ses environs ». Avant son adoption, les parties prenantes au dialogue ont estimé qu’il fallait modifier un peu le thème en considérant que la problématique des conflits d’intérêts concerne toutes les communautés qui vivent dans le groupement de Bukoma et environs.
C’est ainsi qu’après une légère modification, le thème adopté pour le dialogue a été reformulé comme suit : « Amener les communautés à savoir vivre ensemble leurs différences tout en participant au développement du groupement Bukoma et ses environs ».
Cependant, avant de présenter les résultats de l’atelier d’analyse des conflits, le président de la communauté Hutu a estimé qu’il ne valait plus la peine de poursuivre ce dialogue car après l’analyse des conflits, il y a eu beaucoup d’avancées significatives, que les communautés se sont réconciliées et que la cohésion sociale est déjà au rendez-vous dans Bukoma et ses environs. Il a insisté qu’il existe déjà une collaboration bilatérale et un dialogue permanent entre le Kyaghanda (Nande) et Ikisenge nouvelle appellation d’Umuryango (Hutu).
Dans ce même angle d’idée, le représentant de la jeunesse Nande a démontré qu’il n’est plus opportun de revenir au passé car selon lui c’est vouloir réveiller les esprits endormis et à cet effet, il a juste proposé une lecture simple des résultats de l’analyse.
En réponse à ces deux préoccupations, les organisateurs ont rappelé aux participants que des solutions jusque-là trouvées par les parties prenantes au conflit s’inscrivent.

dans une démarche de réduction des tensions survenues entre les communautés sans qu’on s’attaque aux causes profondes du conflit, d’où nécessité d’un dialogue pour consolider les acquis de l’atelier d’analyse et rechercher des solutions durables aux problèmes à la base du conflit d’intérêt pouvant encore ramener à des tensions.
Sur cet éclaircissement, tous les participants ont adopté la tenue du dialogue pour trouver des solutions concertées et durable au conflit d’intérêt à la base des tensions récurrents en groupement Bukoma et environs.
4. Synthèse des résultats de l’analyse des conflits à Bukoma et environs.
Pour rappel de mémoire, le secrétaire exécutif du CRONGD/NK, Monsieur Oswald Kasimwandi est revenu sur les résultats de l’analyse approfondie des conflits de Bukoma organisée entre le 25 et 26 Août 2020 avec la majorité des participants présents dans la salle 4. 1 Objectifs de l’analyse de l’analyse des conflits
a) Objectif général
Amener les leaders ethniques, socio professionnels et autorités locales à avoir une compréhension commune sur les conflits identitaires majeurs qui compromettent la cohésion sociale en groupement Bukoma et réfléchir ensemble sur les résolutions.
b) Objectifs spécifiques
• Identifier parmi toutes les formes des tensions sociales du groupement de Bukoma, un conflit levier/pertinent qui compromet les relations entre les communautés Hutu et Nande de Bukoma.
• Analyser profondément ce conflit levier pour en comprendre les causes, les facteurs déclencheurs, ses conséquences, les catégories des acteurs qui interagissent dans le conflit, leurs attitudes les uns des autres, leurs comportements et le contexte dans lequel le conflit tire ses sources, leurs positions et intérêt face au conflit et afin leurs besoins.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *