Ukategorisert

Press Conference on the situation of refugees in Goma DRCongo

In order to advocate for the protection of refugees in Goma and its surroundings, we have viewed it important to engage with the Media and seek for their support in order to amplify the voices of refugees. The press briefing will take place on Friday December 3rd, 2021 starting at 10-11 am at our offices in Kyeshero Goma, just after the Catholic University of La Sapientia. For any question kindly contact us on WhatsApp: +243853191163, email: refugeeleadersforum@gmail.com

Here in the document with will be presented to the media, please select the language in order to read in the language you would like, here it is in French.

NREF : 11/COJESKI/NK/………………                                 Date: 29/11/2021

Conférence de Presse sur la situation désastreuse des réfugiés, des demandeurs d’asile au Nord-Kivu en particulier et à l’Est de la République Démocratique du Congo en générale, ce Vendredi le 3 Décembre 2021.

Lieu : Notre Bureau a Kyeshero, après l’Université Catholique de la Sapientia sur la Route CCLK juste à l’entrée de Karacolina,  Heure : 10 -11h.

En Février cette année 2021 le COJESKI-RDC/NORD-KIVU s’est fixé comme mission d’intensifier ces activités pour une protection effective des réfugiés, les demandeurs d’asile et les étrangers au Nord-Kivu en particulier et l’Est du pays en général. Notre objectif vise le respect de leurs droits et contribuer à faire la République Démocratique du Congo un pays modèle qui inspire sur le niveau mondial dans le domaine de la gestion des réfugiés. Comme peuple nous méritons un mon, nous incarnons des valeurs culturelles à sauvegarder, envers ceux-là qui ont besoin de notre attention.

La République Démocratique du Congo est signataire de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, de la Convention de l’Union Africaine de 1969 sur les réfugiés, de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 dont l’article 14 porte sur les réfugiés, mais aussi la mise en place de la loi Congolaise de 2002 sur les réfugiés en R.D.Congo. Le pays a déjà une Commission Nationale pour les Refugies (CNR) qui est chargée de la gestion des réfugiés et des demandeurs d’asile sur l’étendue du territoire nationale, mais aussi nous avons le Gouverneur de Province du Nord-Kivu qui représente les autorités nationales. Le leadership actuel surtout le Président de la République son Excellence Felix Tshisekedi a depuis 2019 fait trois engagements sur la protection des réfugiés. La CNR étant l’organe de l’Etat Congo sensée mettre en pratique les engagements du gouvernement et du chef de l’état envers les réfugiés, nous sommes inquiets de constater que depuis 2019 quand le président a fait le premier engagement à Addis-Abeba rien n’est encore visible sur terrain ici à Goma ainsi que dans le Nord-Kivu, le deuxième engagement fait en Juin 2021 devant le Corps Diplomatique accrédité à Kinshasa qui définit la RDCongo comme « terre des refugies » ainsi que l’instruction faite par le Président de la République au Gouvernement lors du Conseil des Ministres en Aout 2021 de protéger toute personne qui demande asile en République Démocratique du Congo. En Avril 2021 nous avons eu la visite du Haut-Commissaire de Nations Unies pour les Réfugiés qui avait aussi promis de faire changer certaines choses mais aussi nous avons observés plusieurs visites de UNHCR Kinshasa ainsi que UNHCR Genève qui était ici récemment.

Nous saisissons ce moment pour apprécier et encourager les efforts déployés par les autorités de l’Etat de Siege, la CNR et le HCR Goma en faveur des réfugiés au Nord-Kivu, surtout l’octroi de Cartes pour Réfugiés à certains réfugiés surtout ceux-là qui sont venus du Rwanda depuis 1994. Toute fois nous rappelons que le Nord-Kivu héberge des milliers des réfugiés que nous estimons à 700,000 qui n’ont pas des documents, ne sont pas identifiés, et ne sont pas protégés, mais aussi les demandeurs d’asile qui ont déjà fait plus de dix ans en attente du statut de réfugiés alors que cela doit prendre 6 à 9 mois pour avoir un statut de réfugiés.  Il est très urgent que la CNR et le HCR revendiquent la protection de tous ces réfugiés sans tarder encore et ainsi montrer la présence de l’état Congolais dans la vie de chaque réfugié. Nous observons une nette évolution dans la protection des réfugiés surtout sur le plan physique, par la réduction des assassinats ciblés au cours de cette année 2021, les arrestations arbitraires, les déportations surtout vers le Rwanda ainsi les détentions illégales, nous  apprécions la libération de certains refugies de la prison de Munzenze qui ont commis des petites fautes qui peuvent se régler par des négociations et nous encourageons l’auditorat militaire a considérer la libération de tous les refugies qui commis de petites fautes qui sont encore à Munzenze. Toute fois nous déplorons la disparation de Mr. Angelo qui est un des leaders des réfugiés à Goma, qui avait quitté sa maison en Mai 2021 pour un rendez-vous avec les agents de AIDES mais il n’est plus rentré et personne ne connait ce qui lui arrivé, nous constatons que ni le HCR, ni la CNR ni la Police Nationale Congolaise n’ont encore fait assez pour savoir ce qui lui est arrivé. Nous déplorons aussi certaines arrestations arbitraires de réfugiés surtout par le Renseignement Militaire connu sous T2, et qui se terminent par des exhortions d’argent pour recouvrer la liberté, les arrestations arbitraires des refugies à la barrière de Mubambiro, mais aussi les opérations de bouclage dans la ville de Goma qui ont conduit aux arrestations arbitraires des réfugiés dont les plus victimes sont les demandeurs d’asile qui n’ont pas encore obtenus les documents et qui sont souvent victimes des rapatriements forces surtout vers le Rwanda.  Nous constatons que aumoins 85% des opérations de bouclage à Goma ont cible les milieux habites par les refugies et les demandeurs d’sile à Rusayo, Kituku, Bujovu, … Nous estimons a 1,000 personnes qui ont déjà été rapatriees surtout vers le Rwanda et dont une grande partie seraient des demandeurs d’asile. Ceci fait que la RDCongo viole ses obligations internationales sur la protection des refugies et des demandeurs d’asile.

Depuis l’instauration de l’Etat de siège nous avons continué à observer des déclarations de haine envers les réfugiés, les demandeurs d’asile et les étrangers, les accusations de menace à la sécurité et la criminalité portée contre ces demandeurs d’asile, des réfugiés et des étrangers dont la véracité reste à prouver et surtout que nous n’avons pas encore observé une recherche sérieuse dans ce domaine. Le manque d’une politique appropriée pour répondre à la situation des réfugiés au Nord-Kivu a rendu la tâche plus difficile, ceci s’augmente par l’incapacité de la CNR à répondre effectivement à sa mission de la bonne gestion des réfugiés et des demandeurs d’asile. Sur le plan de la Province il semble urgent et nécessaire d’engager un débat sur l’efficacité de la CNR ainsi que le soutient du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés dont les actions restent à désirer dans ce domaine, et cela nous inviterait à proposer des reformes sur la politique d’actions, les interventions, les acteurs ainsi que le moyen financier qui passerait par la Communauté Internationale.

Nous sommes fortement inquiets par la culture de rapatriements forces des refugies et demandeurs d’asile vers le Rwanda sous la bénédiction de UNHCR, de la CNR et de la MONUSCO dont certaines estimations de la CNR indiqueraient que plus de 100,000 refugies ont déjà été rapatrie surtout vers le Rwanda. Nous observons que ceux-là qui sont rapatries décident encore soit de rentrer en RDCongo soit d’aller vers l’Ouganda car selon eux ils ne seraient pas en sécurité au Rwanda. Le cas le plus récent sont des refugies arrêtés à Kibati par les services de securite en Avril 2021, Nous pensons que la persistance de cette pratique de rapatriement forcés seraient entretenu à cause des intérêts financiers surtout quand on observe la logistique mise en place mais aussi par des tendances politiques. Nous rappelons au UNHCR, CNR et MONUSCO que la gestion des refugies est purement humanitaire et pas politique. Au même moment nous nous regrettons l’inexistence du vrai débat et d’une réflexion approfondie sur le statut social des étrangers qui possèdent des armes au Nord-Kivu, pourquoi ils ont des armes, qui sont des victimes et qui sont des auteurs, …La situation humanitaire des réfugiés et des demandeurs d’asile au Nord-Kivu est une insulte à notre conscience collective, déplorable et inacceptable car elle trahi nos valeurs culturelles, religieuses ainsi que notre identité comme pays d’accueil. Des milliers des réfugiés sans abris, sans lieu de résidence, sans nourriture, sans soins médicaux, sans éducation, sans protection physique car exposés aux groupes armés, des femmes exposées à toutes les formes des violence, ces jeunes abandonnés à eux-mêmes et qui n’ont d’autres options que intégrer les groupes armées, nous rappelle que nous n’avons pas encore fait assez pour les aider à vivre dignement.

Nous restons inquiets de l’exploitation politique de réfugiés par plusieurs acteurs ici au Nord-Kivu soit pendant les élections soit dans des groupes rebelles ou soit des manœuvres des conquêtes des terres.

La politique néfaste en place qui semble être exécutée par la CNR et le HCR vise à dévaloriser le statut des réfugiés pour pousser des milliers des réfugiés à ne plus trouver l’intérêt de demander la protection et cela pousse des milliers des réfugiés à une stratégie de « camouflage en Congolais » par l’obtention de Cartes d’Electeur Congolais. Cette façon de faire vise à pérenniser la problématique des réfugiés à l’Est du pays et faire voir comment ce problème est difficile et très complexe à résoudre alors que les trois solutions durables existent c’est à dire : La Réinstallation, l’Intégration locale et le Rapatriement Volontaire des réfugiés. La persistance des pratiques qui appariaient comme un détournement de l’aide humanitaire des refugies dont les opérations se dérouleraient entre UNHCR, CNR et AIDES pose beaucoup des doutes sur la volonte de proteger ces refugies. Certains refugies n’auraient pas eu leur argent de COVID de 2020, et meme UNHCR a déjà commencé à distribuer de l’argent de COVID19 aux refugies dans d’autres pays mais ici rien ne se passe, en Septembre 2021 UNHCR a distribué de l’argent pour l’éducation a certains réfugiés mais d’autres n’ont pas eu leur argent jusqu’à présent, en Juin 2021 UNHCR Kinshasa a promis de donner assistance a tous les refugies victimes du Volcan Nyiragongo mais jusqu’à présent beaucoup n’ont pas encore eu cette aide.

Ce mois de Décembre est toujours une période pour le HCR Genève de faire des budgets pour les réfugiés dans chaque pays mais personne connait ce que la RDCongo a présenté, mais aussi nous attendons la visite du Chef de l’Etat au Nord-Kivu, ces deux évènements seraient des opportunités pour la population Congolaise de faire de demandes pour une gestion effective des réfugiés, et de demander l’implication personnelle du chef de l’Etat pour résoudre ce vieux problème. Nous continuons à demander aux autorités de l’Etat de Siege d’attirer une attention particulière sur la situation désastreuses des refugies, de mettre en exécution la vision de Chef de l’Etat et ses engagements envers les refugies, et de faire des réformes importantes dans la CNR pour la rendre plus active et à la hauteur de sa tâche, ces reformes seront basée sur une ressource humaine, une politique qui vise la protection des refugies et le moyen financier qui doit être mobiliser a travers la Communauté Internationale,

Nous demandons aux autorités de l’Etat de Siege de mettre de l’ordre, de bien gérer et amener la présence de l’Etat Congolais dans la vie quotidienne de chaque refugie au Nord-Kivu car l’état est complément absent dans ce secteur depuis 1994, Nous demandons l’audit et des investigations sérieuses au sein de UNHCR, CNR et AIDES ainsi que la protection effective de tous les refugies et demandeurs d’asile au Nord-Kivu.

Merci beaucoup

Kulihoshi Musikami/ Animateur en-charge des Réfugiés, les Migrants Forcés, les Déplacés Internes et les étrangers.

Author: Kuliloshi Pecos